• Archives de la Catégorie TELEVISION
  • Drucker : « applaudissez mon chien »

    L’émission télévisée « Vivement dimanche » ne se regarde pas, sauf à préparer une sieste réparatrice le dimanche après midi. Mais on peut également revoir l’émission le soir, après minuit, lorsque l’insomnie vous gagne à cause de votre sieste de l’après midi.

    Drucker arrive, se pavane pour recueillir les applaudissements du public, quoi de plus normal pour une vedette qui n’en finit pas. Puis, avant de s’asseoir avec ses invités, il demande  » et applaudissez mon chien ». Et les spectateurs d’applaudir.

    La télévision nous montre ainsi que ses possibilités sont illimitées. C’est insuffisant qu’une vedette nous impose son canidé à l’occasion de son  rituel dominical, encore faut-il qu’il nous oblige à l’applaudir et si possible à tout rompre. Et les applaudissements fusent.

    drucker

    Bien entendu, personne ne fait de remarque. On enchaîne.

    C’est inouïe. Qu’on applaudisse une vedette, soit, une émission, un film, un spectacle, une oeuvre, une musique passe encore, un chien dans un cirque, oui, parce qu’il a réalisé une pirouette étonnante. Mais un chien qui ne fait rien que d’être un chien, qui marche, s’assoit et s’endort comme tous les chiens, alors là je m’étonne encore.

    Il s’agit du chien d’une vedette, donc plus tout à fait un chien ordinaire.

    Alors applaudissez mon chien. On commence ainsi et on ne sait plus trop où on s’arrêtera. La télévision est un rêve.


  • Natacha et Aymeric, mais qui sont ces journalistes ?

    « On n’est pas couché » est une émission réjouissante. Animée par Laurent Ruquier, elle sait mêler sérieux, humour, culture, et débats.

    Les débats sont initiés par deux journalistes,  Natacha Polony et Aymeric Caron, qui nous font part de leurs goûts personnels et d’un « j’aime ou ‘j’aime pas » malheureusement souvent digne d’une appréciation de Facebook. Les invités se succèdent.

    Ainsi, Pierre Larrouturou, nous présentait son programme politique concernant la Nouvelle Donne, samedi 25 janvier 2014. Projet ambitieux, critique, un peu intellectuel mais si pertinent. Une urgence dit-il. Des arguments sérieux sur l’Europe, l’économie, et le personnel politique qui nous dirige.

    Une thèse originale qui sort de l’idéologie dominante actuelle : il faut diminuer le temps de travail pour travailler tous. Donc voici les 35 heures puis les 32 heures exposées. Alors là, le sang de Natacha ne fait qu’un tour. Les 35 heures, c’est un fiasco, un scandale. Alors qu’on parle de principes économiques, de réflexion un peu théorique, la voilà qui se tourmente. En fait, elle montre peu de capacités à l’analyse. On disait dans le temps qu’il convenait de savoir « d’où le locuteur parlait » pour mieux analyser son idéologie.

    En fait elle parlait de ce qu’elle connaît, les PME, les petits agriculteurs, les restaurateurs opposés de principe aux 35 heures qui leur ont, il est vrai, posé des problèmes d’organisation tangibles dans leurs activités. P Larrouturou a beau indiqué que les conditions de mise en œuvre ont été contestables, elle n’en démord pas. On parle de l’Europe, elle nous ramène à sa petite entreprise familiale.

    On a envie de lui demander de s’extraire de sa condition maritale pour mieux faire son travail de journaliste.

    caron polony

    Puis on en vient à une auteure, Dounia Bouzar qui se fend d’un livre dont le thème porte sur les radicaux islamistes. Sa thèse, le radicalisme musulman est trop souvent confondu avec la simple religion musulmane et cela ne fait qu’entretenir l’imposture sur cette religion.

    Cette femme, milite depuis vingt ans pour la cause de la laïcité et contre le radicalisme, elle démontre ainsi souvent qu’historiquement certaines pratiques, comme le niquab, le refus de serrer la main à une femme n’ont rien à voir avec l’islam. Son livre s’appelle « désamorcer l’islam radical ».

    Et là, notre journaliste cultivé et condescendant, Aymeric Caron, nous annonce que cette recherche historique, ressemble donc fort à une recherche des racines et donc d’une certaine radicalité. Il est content d’avoir ouvert un dictionnaire d’étymologie avant l’émission. Quelle critique ! Il est satisfait de lui, voilà qui est pris qui croyait prendre !

    Et, faute d’avoir atteint l’auteure de cette remarque rhétorique, il assène : mais qui êtes vous pour écrire un tel livre, vous n’êtes ni historienne, ni anthropologue. On en conclut alors que ce livre n’a pas de valeur.

    Voilà encore de la critique sans pertinence, il faut être spécialiste pour avoir le droit d’écrire ou s’exprimer. Au nom de ce critère, Aymeric devrait se taire et éviter de nous faire part de ses problèmes personnels sur la façon halal de tuer les animaux.

    Laurent, tu as choisi un journaliste de gauche beau gosse mais qui nous ennuie des ses banalités, cherche à créer l’évènement sur de la prosodie et qui ne source jamais ses dires, puis une journaliste dite de droite,  en fait  chevènementiste, normalienne, qui connaît ses classiques, dont on sait qu’elle a professé 9 ans, mais qui n’arrive pas à s’extraire de son passé et de son quotidien.

    Tous deux devraient prendre un peu plus de hauteur et devenir enfin des journalistes moins pédants.

    Vivement Nicolas Bedos, là c’est pas argumenté mais c’est puissant et il n’est pas journaliste.

    on peut consulter : http://www.france2.fr/emissions/on-n-est-pas-couche


  • Déplacer l’émission « ce soir ou jamais » est un scandale démocratique

    On n’y croit pas, maintenant la caste veut déplacer l’émission « ce soir ou jamais ». Nos dirigeants veulent notre bien, 1984 n’est plus très loin.

    Parce que le débat y fait rage, parce qu’on a osé opposer des antisémites à des démocrates et républicains au cours d’une émission, alors il y a danger pour la bien-pensance. Il faut protéger les enfants béats que nous sommes devant la  télévision et même pourquoi pas interdire cette émission.

    taddéi

     

    C’est un peu notre Polac d’aujourd’hui qu’on assassine. Décidément on ne nous laisse même plus la liberté de penser. Le peuple ne peut penser par lui-même, il faut qu’on l’y aide. Au fond, Mme Sublet, qui sait pouffer de rire, nous a habitué aux sujets légers, ferait une excellent remplaçante d’une émission controversée. Alors exit « ce soir ou jamais ».

    C’est scandaleux, là aussi on nous prend pour des imbéciles incapables de dénouer le vrai du faux, incapables de distinguer un raciste qui se cache peu, d’un autre débatteur. C’est une atteinte à l’intelligence des téléspectateurs, c’est un signe de mépris pour le peuple.

    Frédéric Taddéi était un peu déconfit lors de l’émission  » le supplément »  de Maïté Biraben sur Canal plus, décontenancé même, on le serait à moins. Il n’intervient pas sur le contenu, donne la parole, alors on lui reproche de soutenir un parti pris mais pas l’autre et comme par hasard toujours le pire. Il est intelligent mais on lui préfèrera la bêtise. Ce n’est pas admissible.

    Protester, pétitionner pour le maintien de cette émission, n’est qu’une juste réponse aux contempteurs modernes qui  veulent notre bien.

    http://www.france2.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais/diffusions/24-01-2014_166730

     


  • 28 mn sur ARTE

    Enfin, un peu d’air frais, du temps pour mieux comprendre et de la parité.

    CINEQUIN

    Après les infos quotidiennes, on ne perd pas son temps à écouter et regarder Elisabeth QUIN et son équipe, jeune, modeste et pertinente, toujours très bien documentée et informée. C’est à 20H05 sur ARTE, une émission quotidienne, traitant de un ou deux sujets d’actualité du jour ou du moment.

    Une émission qui donne l’impression d’être plus intelligent lorsqu’on l’a quittée.

    Les journalistes du Monde au Figaro en passant par le Parisien, savent échanger avec justesse hors des contingences de la starification.

    Des débats bien menés, avec des invités qui font référence en fonction des sujets, tout en respectant une certaine diversité des points de vue. Parfois, en fonction de la densité du contenu, les paroles se chevauchent. Enfin on aimerait que la caméra fixe un peu plus longtemps les dessins des caricaturistes (le vendredi). Mais ceci reste secondaire tant son contenu invite à la curiosité.

    ARTE, une télé pour les intellos, c’est une idée fausse car l’entrain et le rythme de 28 mn sont assez rock’n roll, et les réparties échangées suffisamment superficielles pour être drôles.

    On regrettera qu’elle ne se tienne que du lundi au vendredi, mais il faut aussi savoir se faire désirer.

    D’aucuns préfèreront regarder le Petit Journal sur Canal+. Son contenu est souvent amusant et pertinent, mais son rythme trop souvent cassé par la publicité ou des news people rabâchées. Une quotidienne sur 5 jours aussi, mais qui confond quelques fois le 5éme jour avec le 7éme jour, consacré traditionnellement au repos dominical.

    Pourquoi choisir entre les deux quand on peut musarder. En tout cas plus aucun plaisir pour les informations des autres chaînes.

    Après 28mn, une courte émission de 3 mn appelée DESINTOX, qui détoxifie les organes naturellement enclins à la paresse.

    adresse web : http://www.arte.tv/guide/fr/emissions/VMI/28-minutes


  • APEC anxiogène

    C’est une publicité qui tourne en boucle à la télévision depuis 6 mois, elle nous interroge.

    APEC

     » hier, un cadre pouvait imaginer ce qu’il ferait dans dix ou vingt ans, et vous aujourd’hui ? »

    Ben moi, j’ai quarante ans et un sale môme qui attend d’être dans le parc Monceau, pour me dire qu’il veut être aventurier ou vétérinaire.

    Je suis marié, 2 enfants, une maison en Seine et Marne dont je dois payer les traites. Et je m’interroge encore sur ce que je fais dans ce parc pour enfant de bonne famille

    Moi, je me suis fais à la force du poignet et suis passé cadre il y a peu, mes journées sont lourdes, je ne suis pourtant pas un loser.

    Dans 10 ou 20 ans, j’espère pouvoir encore évoluer dans mon emploi et l’APEC me dit: et vous ?.

    Moi, aussi je voudrais être vétérinaire ou aventurier, mais je ne peux pas. Alors le discours de l’APEC ça m’angoisse, ils me susurrent que je n’ai pas d’ambition.

    Difficile d’avoir cette ambition quand on a les remboursements d’emprunts, les fins de mois un peu difficiles, les devoirs à la maison, les budgets à surveiller.

    Moi aussi j’ai été capable de rêver, mais aujourd’hui je rame un peu, enfin moins que certains car je suis cadre.

    Aventurier ou vétérinaire, un rêve ça fait vivre !

    Mais qu’est ce que je fais au Parc Monceau, c’est pas chez moi ça.

    Vite à la maison, devant la télévision.

    revoir la pub sur :


  • Affligeant DELAHOUSSE

    A ma connaissance, les journalistes décident d’inviter qui bon leur semble du moment que cela correspond à leur éthique professionnelle. Cela est attesté par une carte professionnelle. Mais d’autres ne font que présenter des émissions télévisées.

    DELAHOUSSE

    On les appelle animateur, donc sans carte. On pourrait faire références aux animatrices de D8 dont certaines n’ont plus cette carte. Laurence Ferrari en a fait les frais

    Que faut il penser de M DELAHOUSSE, qui invite à son journal du dimanche soir le 14 octobre sur la 2 , Mme ATTIA ex SARKOZY ?

    Elle n’a rien à dire sinon de confondre la France avec le fromage et non le chômage.(sic)
    Joli lapsus qui en dit long sur la distanciation américaine. Sa nouvelle prononciation vient nous confirmer sa nouvelle de vision très éloignée de la France. Mais rassurons la, elle ne vendra pas son livre aux Etat Unis, sauf à la petite communauté française de Central Park à New York

    Les questions de l’animateur sont sans intérêt, mais elle sera assurée de réaliser des ventes supplémentaires de l’ordre de 10 000 ou 20 000 exemplaires compte tenu de l’audimat, une tirage qui sera à n’en pas douter, dans la catégorie exceptionnelle.

    Nous savons tous qu’il n’est pas anormal que les animateurs, eux, contribuent à la diffusion d’un livre, produit strictement commercial.

    Après un véritable reportage poignant et révoltant sur le chômage en bretagne, cela semble irréaliste de voir papoter ces gens installés évoquer le restaurant du Fouquet’s.

    On peut les revoir sur : http://www.francetvinfo.fr/invitee-cecilia-attias-une-envie-de-verite_434224.html


  • Il faut dissoudre le peuple

    Sur la 5 eme chaîne, Ségolène Royal déclarait, dimanche dernier, que si les sondages confirment la montée du Front National, « c’est parce que les français ont peur de l’avenir ».

    sego10-321a4

    Curieuse remarque de la part d’une dirigeante politique dont la fonction est justement de fournir de l’espoir au peuple.

    La droite ne sent pas la dite « montée ». Pourtant dans les couloirs de l’Assemblée Nationale les inquiétudes fondent les différentes candidatures pour la prochaine présidentielle. Xavier Bertrand fut samedi un de ces candidats submergé par la presse qui se tenait à d’autres sujets.

    Certains pourraient penser qu’on devrait changer les dirigeants politiques, mais ceux ci pensent sincèrement qu’on devrait changer le peuple.

    http://www.huffingtonpost.fr/2013/10/24/segolene-royal-parisien-magazine-liberte-guidant-peuple_n_4153936.html