• Archives de la Catégorie POLITIQUE
  • La laïcité est un combat

    En France, un débat s’organise autour de la laïcité.

    En fait c’est le monde du religieux qui s’invite sur la place publique. Ce sont les religions qui ressurgissent et tentent de revenir sur les acquis de 1905 pour réinvestir le débat politique.

    Cela s’est exprimé à travers les manifestations contre le mariage pour tous, dans lesquelles les catholiques, plutôt traditionalistes, se sont exprimés en 2012 et 2013. Un mouvement qui n’a trouvé son égal qu’à l’époque des manifestations pour l’école privé en 1984 et des mouvements anti IVG de

    Ce sont les religieux islamiques qui ont manipulé des jeunes collégiennes pour obtenir l’autorisation du port du voile à l’école, et qui ont réussi à inscrire des dispositions nouvelles dans la loi de 2004. Ils poursuivent leur combat à travers les interventions insidieuses des frères musulmans.

    Ce sont les politiques anti palestiniennes d’Israel qui se servent de la religion juive, pour soutenir leur mouvement colonialiste et influencer les politiques étrangères françaises depuis les années 60.

    Ce sont essentiellement les religions monothéistes qui créent un trouble incandescent dans le paysage politique français.

    Le politique les avait exclues de sa sphère, elles rentrent par la fenêtre.

    Le principe est  toujours le même: les religions cherchent à pénétrer le monde laïque de manière cachée, voilée.

    laicite_point_barre_Philippe_BARSAC

     

    Si l’on sait que ce sont les catholiques qui ont organisé les manifestations contre le mariage pour tous, jamais l’Eglise n’est apparue en première ligne, affichant, à quelques exceptions de prêtres extrémistes, un visage surpris du succès.

    De même le port du voile pour les femmes semble n’être que l’expression de volonté individuelles de se protéger du regard concupiscent des hommes, alors que nous savons qu’il s’agit d’une manipulation orchestrée par les plus archaïques des musulmans. Maintenir les femmes sous la domination des hommes omnipotents. Tarek Ramadan en est un digne représentant.

    Ces intrusions sont comme une sourde déclaration de guerre à la République laïque, à laquelle il faut répondre fermement et simplement.

    On essaie ainsi, aujourd’hui, d’enfermer cette fermeté nécessaire, dans un mouvement d’idées qui seraient racistes, islamophobes comme ils disent, alors qu’il ne s’agit que d’assurer un principe républicain de liberté et d’égalité. Les musulmans extrémistes voient des islamophobes partout, des colonialistes partout ( au bout de 50 ans) et s’affichent comme une communauté assiégée.

    De la même manière le monde politique instrumentalise les religions. Il en va ainsi de l’Etat d’Israël ( 1947) qui voit tout opposant comme antisémite, et se mure également comme une communauté assiégée. Les juifs extrémistes confondent allègrement antisionisme et antisémitisme pour mieux protéger leur politique colonialiste. Et lorsqu’on évoque la shoah, le repentir va de soi, tant l’horreur est immense, et 75 ans ne suffisent pas à éteindre cette honte.

    Mais la victime devient oppresseur et ce n’est pas acceptable.

     

    plantu-settlement

     

    Ils se présentent, l’un comme l’autre, comme  des victimes. Et le bon sens veut que l’on se situe plutôt du coté des victimes que des oppresseurs. Mais ils ont renversé les valeurs.

    Quant aux catholiques ou aux chrétiens,  ils ne peuvent être présentés comme victimes puisqu’ils dominent en nombre en France comme en Europe depuis des siècles. Les martyrs remontent à l’époque de l’Empire Romain ou des guerres des religions en France  ou en Europe au 16 ème ou 17 ème siècle. Au bout de 500 ans, on accepte l’oubli.

    Faudra t il attendre plusieurs siècles pour que ces conflits passent de l’arrachement à la simple analyse historique qui devrait, à tout le moins, indiquer le sens de la tolérance ?

    A défaut de cette nécessaire tolérance, seules les valeurs laïques sont un rempart contre les manipulations religieuses qui cherchent à dominer le séculier, le politique pour les plus extrémistes d’entre eux.

    Ainsi ces voiles ne peuvent avoir droit de cité que dans l’espace libre, qu’il soit personnel, cultuel ou public. En revanche, ils doivent être interdits dans toutes les institutions de l’Etat, les écoles, les universités, les hôpitaux, les cours de justice et le monde professionnel.

     

    voile_ou_cheveux_longs_06.08.13

    Cette  laïcité va de pair avec l’égalité des sexes, sans discriminations. Dans ce sens, les récentes agressions sexistes et sexuelles en Allemagne et Danemark ne sauraient rester impunies au nom d’une commisération avec les populations immigrées de culture musulmane.

    Cette laïcité va aussi de pair en s’opposant aux discriminations à l’encontre des gays lesbiennes et transgenres.

    A défaut d’une tolérance qui n’a rien de naturel, et pour l’atteindre, il convient d’imposer partout les valeurs laïques au risque du combat contre les extrémistes qu’ils soient musulmans, juifs ou catholiques.

    La laïcité est un combat moderne, du 21 ème siècle.

    Il ne faut pas la laisser entre les mains de la droite extrême, qui entretient le racisme à partir du déni. Il convient de dire toutes les vérités, aussi dérangeantes soient elles, comme celles concernant les immigrés maghrébins à Cologne. C’est ainsi quon luttera contre la famille Le Pen qui se drape maintenant dans la laïcité alors que fondamentalement elle s’oppose à la libération de la femme , à l’égalité des droits et à la liberté. Elle aussi récupère les nobles causes pour mieux les détruire.

     

     

     

     

     

     


  • Etre de gauche

    Etre de gauche, c’est préférer se placer aux cotés des victimes plutôt que des agresseurs ou des dominants.

    C’est être pour la liberté de dire, d’agir, de progresser

    C’est se révolter contre les menaces de peines de prisons pour les syndicalistes de Goodyear, contre un procureur général délirant

    C’est aussi imposer le pouvoir des juges avant toute action de police ou d’administration

    C’est être en empathie avec les victimes, qu’elles soient de Toulouse, de Charlie Hebdo, de l’hyper Casher, des jeunes du Bataclan ou des terrasses

    C’est être aux cotés des femmes de Cologne, contre les mains et les haleines des agressions sexistes et sexuelles. C’est s’opposer à toute discrimination, mépris des femmes, c’est oeuvrer au strict respect de l’égalité de droits et des aptitudes

    AVT2_Badinter_9908

     

     

    C’est être laïque, et respecter les religions dans la mesure où elles ne viennent pas empiéter dans les espaces professionnels, d’éducation et universitaires et les vivre librement dans l’espace urbain et les lieux de rassemblement ou de prière

    C’est lutter contre toute forme d’homophobie ou acte qui restreindrait la liberté des gays, lesbiennes et transexuels et leurs droits

    C’est promouvoir l’égalité des chances tant à l’école que pour l’accès à l’emploi

    C’est protéger les plus faibles d’entre nous et fournir les aides sociales, juridiques nécessaires à la dignité. C’est protéger les enfants.

    C’est renverser l’inégalité de la répartition des revenus et du capital

    C’est s’opposer aux dictatures politiques et/ou confessionnelles et promouvoir la démocratie dans le monde

    C’est accueillir les réfugiés victimes de la guerre, de la dictature ou de la pauvreté

    C’est s’opposer à la politique de l’Etat d’Israel et oeuvrer à la reconnaissance des palestiniens et leurs droits à l’égalité, c’est agir pour détruire le mur de la honte

    C’est lutter contre l’antisémitisme

    C’est s’opposer à toute mesure, dans les Etats, qui visent à restreindre la liberté d’expression, de pensée et c’est promouvoir les contre pouvoirs politiques, syndicalistes et associatifs

    C’est s’opposer à toute mesure qui sépare les populations dans un seul pays,

    C’est s’opposer à l’islamisme et ses violences faites aux femmes et aux hommes, c’est lutter contre tout prosélytisme religieux et tout agissement insidieux

    C’est opposer la valeurs du progrès à l’obscurantisme du passé

    C’est replacer au centre du pouvoir, le peuple, et lutter contre tout accaparement par une classe professionnelle

    C’est partager le travail et l’assurer pour tous

    C’est développer les technologies nouvelles au service de la démocratie et de l’efficience écologique

    partage_o

     

     

    C’est partager le pouvoir dans les entreprises et lutter contre les bureaucraties et hiérarchies improductives

    C’est prévoir la décroissance et assurer à terme un revenu minimum

    C’est construire un nouveau monde qui prennent en compte le respect de l’environnement pour les générations futures

    C’est être debout et ne rien lâcher, être patriote sans tomber dans le nationalisme, c’est respecter l’autre, sans concessions sur les principes et les valeurs de la République et de la Démocratie.

    C’est être libre et acteur de sa vie

    C’est préférer le bruit au silence, le bonheur aux souffrances, l’avenir au passé.

    C’est juger sans préjugés


  • Courage, Hollande, augmente la TVA et tu deviendras un vrai libéral

    L’augmentation de 0,4 % de la TVA au 1er janvier, n’est plus à l’ordre du jour. La gauche manifestante, n’en parle plus et la droite bien sur encore moins. C’est un impôt injuste, car proportionnellement il touche d’abord les foyers fiscaux les plus modestes, mais très rémunérateur.

    Le gouvernement fait des ronds de jambe à l’Europe pour montrer qu’elle fait le maximum pour contenir son déficit. Personne ne le croit et ils ont bien raison.

    Les citoyens en ont assez

    On augmente les impots pour les revenus 2013, puis on supprime la première tranche parce qu’on s’aperçoit que les très bas revenus vont se mettre à payer. Les classes moyennes vont donc continuer à payer plus. N’oublions pas qu’un foyer sur deux ne contribue pas par l’impôt sur les revenus. ça agace.

    On veut supprimer les allocations familiales pour les plus hauts revenus. Ca énerve.

    On augmente la taxe sur les tabacs, les boissons gazeuses. Et on oublie de signaler que la taxe sur les produits pétroliers augmente alors que le prix du baril de pétrole baisse de 20 %. Ca importune.

    Toutes ces mesurettes renflouent de 700 millions pour les allocations, quelques centaines de millions pour toute décision de nature à énerver.

    Le budget de la France a besoin de quelques dizaine de milliards pour se renflouer alors qu’on l’amuse piteusement avec des centaines de millions. Le gouvernement et son Président semblent ne pas être à la hauteur. Ils déclarent qu’ils ont obtenu 21 milliards d’économie. Il faut les aider.

    Observons les recettes fiscales de l’Etat.

    recettes_etat_2013

     

     

    Les récents 0,4 % d’augmentation de la Tva doivent générer 6 milliards de recettes supplémentaires. Voilà un chiffre qui commence à parler, mais étonnament ne fait pas parler. Rappelons nous que la TVA représente la moitié des recettes de l’Etat.

    Imaginons que l’on augmente la TVA de 2 %. Cela devrait générer 30 milliards de recettes supplémentaires. Cela ne devrait pas gêner la droite. Un peu la gauche, mais elle oublierait vite. Quant à l’Europe, elle n’intervient pas sur les mesures fiscales sur la consommation. Quant au commerce international, cela serait tout bénéfice pour la France qui exportera plus et importera moins.
    Evidemment cela était un argument de campagne de Sarkozy, mais qu’ importe puisqu’on va jusqu’à vouloir changer le nom du parti socialiste. Pourtant cela éviterait la déflation que tout le monde semble craindre.
    Alors qu’attend il ? Serait-ce un césure idéologique insurmontable ? On le dirait, pourtant on fait pire en multipliant les mesurettes qui mécontentent tout le monde. On serait un vrai gouvernement libéral.

    Quant à la dette, tout le monde sait qu’il suffirait de taxer le patrimoine. A hauteur de 17 % (voir article d’octobre 2013), le problème est résolu. Ah, oui, mais ça c’est du socialisme.

    Et puis, cerise sur le gâteau, si on taxait les transactions financières, cela produirait encore 6 milliards d’euros. Ah, oui, mais là c’est un peu de gauche

    Courrrez Valls et Hollande, le vieux monde est derrière vous.

     

     

     


  • Honte à ma patrie

    Ce soir, la révolte nous gagne.

    Seule la droite, sait lire les journaux qui nous ont indiqué que cette élection européenne verrait le Front National à la première place. Alors ils sont allés voter. Presqu’un électeur sur 2 s’est abstenu. 1 sur 8 a voté FN.

    La crainte d’une victoire du Front National, n’a fait peur à personne, parce que tout le monde s’en fout. Ce monde du travail et des jeunes veut inconsciemment la politique du pire. Celle qui consiste, non pas en une abstention volontaire, révolutionnaire par refus des institutions établies, le parlement, la présidence, mais celle de l’indifférence, de l’égoïsme naturel des hommes et des femmes.

    Les abstentionnistes d’aujourd’hui acceptent les règles de la démocratie, ils ont eu 25 candidatures, toutes différentes, ils n’avaient pas le choix entre 2 listes, ni 3 mais 25, allant même jusqu’à ceux qui souhaitaient réhabiliter les joints.

    deuil

     

    Eh bien ils sont allés à Houlgate, dans les calanques de Sormiou, gouter les premiers frémissements de printemps. Mais pourquoi cette indifférence ?

    Ils ont, il est vrai, voté pour un candidat dont l’ennemi était la finance, et qui a su si bien la réhabiliter et installer une logique de critères budgétaires au mépris de ses engagements auxquels ils ont cru.

    Ils se sont abstenus aux Municipales pour confirmer leur désaveu et se sont vus imposer un nouveau premier ministre encore plus à droite, c’est à dire l’inverse de ce qu’ils souhaitaient.

    Alors ils se sont encore abstenus aux européennes, pour insister sur leur désaveu et M Valls leur a encore dit au vue du résultat des élections européennes, qu’il maintiendrait et développerait cette politique qu’ils récusent.

    Il est vrai que c’est à plus rien y comprendre. Il est vrai que certains osent dire que Hollande a un grand intérêt à un front national fort pour avoir des chances de l’emporter au second tour des présidentielles, comme Chirac en 2002. Mauvaises langue.

    Jour après jour, des affaires de tous les camps politiques font florès. Ils n’en ont plus rien à foutre de cette politique qui les épuise et les méprise. Ils n’ont même pas entendus ou lus la presse qui les a alertés.

    Ils avaient 25 listes, pas une n’a retenu leur attention, d’ailleurs ils ne les connaissaient pas et moi non plus. Là, la presse les a négligés. Ils sont sélectifs, ils n’ont retenu que ce que la presse leur a dit : il y a toujours eu une forte abstention à cette élection, donc ils n’ont pas démentis. Ils ont suivi sans même faire attention aux alertes de risque, qu’elle a semé ces derniers jours. Ce jour de printemps était trop beau.

    Alors, à force de jouer, les dirigeants ont tué la démocratie, celle qui fait dire que le peuple est représenté, n’a plus aucune  aspérité. Ils ont tué les principes de représentation en ne représentant qu’eux mêmes, et leurs petits intérêts égoïstes, minuscules, au regard de l’intérêt général. Au secours JJ Rousseau.  Encore un Jean Jacques, ils s’en foutent de ce Jean Jacques.

    Les idéaux européens n’ont pas recueilli leurs suffrages, d’ailleurs qu’y a t il d’idéal, quand on ne parle que budget, contraintes, obstacles incontournables, sans oser le rêve et la fulgurance du combat des valeurs . Qu’y a t il de rêve quand tout un chacun déclare que cette Europe nous  oblige,  règle nos vies de manière bureaucratique, nous enserre et aujourd’hui nous rétrécit alors que plusieurs de nos générations ont péri au nom d’une patrie illusoire, qui ne s’appuie que sur des intérêts économiques de quelques uns ou des désirs irrépressibles d’impérialisme.

    Un peu de rêve alors que les extrémistes ne font qu’entretenir ces mauvaises pulsions que tout un chacun a déjà rencontré. A force de volonté de réalité et de réalisme qu’ils entretiennent avec le clin d’oeil de complicité de ceux qui savent et se ravissent dans un secret partagé.

    Ils n’ont rien contre les juifs, les immigrés, les intellectuels, les assistés, les roms, les communistes, les écologistes, les gauchistes, les socialistes, mais il faut reconnaître que ……..

    Mais la suite sera ce qu’en feront ces abstentionnistes qui s’en foutent.

    Heureusement une leçon des peuples qui souffrent au Portugal, en Grèce, en Italie nous a été donnée. Je reste Européen avec eux et je veux rester fier de ma patrie qui se délite à nouveau dans un pétainisme qui craint le progrès, objet des combats nécessaires.  On dit que l’histoire ne repasse pas les plats.

    REDA, ils t’ont déjà oublié.

     

     

     

     


  • Pacte de responsabilité : l’hypocrisie des signataires

    En France, le Président et ses conseillers ont décidé de convenir d’un échange, entre 30 milliards d’euros de réduction des charges et emplois.

    Donc les syndicats, MEDEF et représentants des salariés, ont négocié argent contre emplois.
    Alors les syndicats sont convenus, à quelques uns, MEDEF, CFDT, CFTC,CFE CGC, d’un « relevé de conclusions » qui renvoie la négociation dans les branches professionnelles.

    Pourtant la CFDT avait joué les gros bras en exigeant la veille que soit signé un engagement du patronat en nombre d’emplois.
    Puis plus rien.

    Alors, il faudra délocaliser les négociations, avec un syndicalisme dont la présence est faible.

    Et là, il ne se passera strictement rien, sauf dans les grandes entreprises qui auront à coeur à nouveau de communiquer sur leur éminent rôle social.

    Ainsi EDF créera 6 000 emplois, ce qui correspond à ses engagements avant Pacte, à peine au renouvellement des effectifs dû aux départ en retraite etc…

    GATTAZ

    Une entreprise ne crée pas d’emplois en contrepartie d’aides financières, elle crée des emplois en fonction de la demande du marché et de la recherche. La demande diminue, car globalement les revenus diminuent à cause du chômage, et la recherche stagne.

    En revanche une chose ne change pas, le pouvoir reste entre les mêmes mains, les conseils d’administration et les dirigeants grassement payés. Si l’on veut plus de démocratie, moins d’inégalités, il faut changer les pouvoirs de décision et les démocratiser. Il faut donner en échange de subventions, du pouvoir aux salariés et fixer un cadre législatif au niveau national.

    Personne ne revendique cet échange et tout le monde revendique un nombre d’emplois illusoire.

    Et le monde continue…


  • La cour des comptes dénonce la FNSEA

    « La cour des comptes dénonce la FNSEA » cela aurait pu être un titre de la presse en France ce mardi 11 février 2014.

    En fait la presse s’est fait l’écho de ce rapport annuel en annonçant principalement un article du rapport portant sur « les facilités de circulation offertes par la SNCF à ses agents et leurs familles ». Un énorme scandale ou on voit s’étaler avec son air musardin François de Closet, et les tenants de l’égalité pour tous. En fait il s’agit de l’octroi de billets SNCF gratuits pour les agents et leur famille.

    Sujet bateau s’il en est et qui sort tous les 3 ans, sur ces avantages inadmissibles. On parle moins il est vrai des avantages fiscaux des journalistes. Chuttt…

    Nos amis de MEDIAPART, journalistes s’il en fut, mettent en ligne ce fameux rapport. J’en retiens un article au hasard, qui n’est pas lié à ces fonctionnaires assistés mais à au monde rural.

    FNSEA

    Il s’agit des SAFER. Ce sont des Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural, sans but lucratif, pas de distribution des bénéfices donc. Elles sont 26 en France et assurent des missions d’intérêt général. Elles sont chargées d’acquérir des terrains ruraux pour les protéger ou procéder à des aménagements dans le but de développement local ou de protéger les jeunes agriculteurs.

    Elles disposent d’un droit de préemption, c’est à dire un privilège de priorité lors de cessions de terrains de terres agricoles et en plus bénéficient du droit exorbitant de l’exemption fiscale du droit d’enregistrement. Ce droit d’enregistrement est en fait ce qu’on appelle dans le langage courant les « frais de notaire », qui peuvent représenter jusqu’à 5 % du prix de vente.

    D’autre par il convient également de savoir que l’acquisition de bien forestier est exonéré d’ISF.(Impôt sur la Fortune)

    Alors on peut tout imaginer avec ces sociétés anonymes au pouvoir considérable. Mais la cour des comptes n’imagine pas, elle constate, elle audite. Ainsi son article s’appelle  » Les SAFER, les dérives d’un outil politique d’aménagement agricole et rural ».
    On ose le mot dérive et la presse n’en fait pas état.

    Pourquoi un tel silence alors que leur influence porte sur l’ensemble du territoire français, et sur des transactions de plus de 95 OOO hectares en 2012. On s’interroge.

    Bien sur ces aménagements font l’objet d’étude préalable, faite par la SCAFR (sociéte centrale pour l’aménagement rural), et une étude à moins de 50 000 euros cela n’existe pas. Donc on étudie.

    En fait ces sociétés d’intérêt général, pratiquent également des substitutions. C’est à dire qu’elles se positionnent comme interlocuteur obligatoire dans les transactions simples entre vendeur et acquéreur, tout cela étant rémunéré bien sur, à l’occasion de la transaction, pourtant  » sans vocation agricole » d’après le rapport. Donc beaucoup d’argent, mais pour qui ?

    Et là on s’étonne. Le rapport dit, sans être trop sibyllin « les instances de gouvernance des SAFER doivent s’ouvrir à d’autre acteurs du territoire. La transparence dans leur mode de gestion doit être renforcée… »

    En fait les SAFER sont tenues par le principal syndicat agricole français, proche de la droite, la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricole). Les pouvoirs publics réclament depuis 10 ans une ouverture qui ne vient jamais. C’est sans doute un hasard.

    safer

    La Cour des Comptes met en exergue certaines SAFER qui présentent des résultats annuels de plusieurs centaines de milliers d’euros. Ne pouvant faire de bénéfices, ces SAFER redistribuent une bonne partie de ces bénéfices au personnel. En somme, tout ce petit monde, fermé se sert. Fermé, oui c’est la Cour des Comptes qui regrette que des questions aux SAFER restent sans réponse.

    Mais pourquoi, notre presse démocratique ne s’intéresse-t-elle pas aussi au monde agricole comme elle sait porter intérêt aux salariés de la SNCF.

    Imaginons les titres » la Cour des Comptes dénonce la FNSEA », non ce n’est pas possible.

    On peut lire avantageusement : http://www.mediapart.fr/journal/france/110214/ces-secrets-que-la-cour-des-comptes-ne-veut-pas-reveler


  • Honte aux émigrés français

    Ca y est, c’est décidé, nos amis helvètes ne veulent plus de nous et il faut les écouter. La Suisse aux suisses.

    Nous les français, les italiens, les allemands les portugais, les européens, ne sommes plus les bienvenus sur leurs si jolies terre de neutralité. Enfin ils ne sont plus neutres, ils portent une position caractérisée et avouent franchement leur meurtrissures de se voir envahis par  nos hordes barbares.

     

    gardes_suisses

     

    Ils sont 50,30 % à avoir voté contre cette immigration qui les mènent là où ils sont. Soit 4% de chômage et une économie des plus florissantes d’Europe.

    Il faut bouter hors de Suisse, ces hordes de frontaliers, qui tous les matins viennent embouteiller nos routes et autoroutes.

    Il faut bouter tous ces esclaves de nos usines et de nos hopitaux, pour nos chômeurs nationaux

    Il faut bouter ces chrétiens qui n’ont pas su protester contre leur Pape, ignorant et bouffi.

    Il faut bouter ces français  prétentieux, ces italiens rigolos et ces allemands qui ne savent pas parler alémanique.

    Les terres suisses, au moyen-âge étaient les plus pauvres d’Europe. Dans l’agriculture on réussissait mieux dans les plaines que dans les régions de montagne. C’est entre autres, pourquoi le vatican recrutait ses soldats « suisses » qui cherchaient alors du travail.

    Leur neutralité a été exemplaire pendant la seconde guerre mondiale, ni eux, ni la Croix Rouge, ne dénoncèrent le nazisme alors qu’ils étaient à deux pas des camps de concentration. Mais il faut leur reconnaître qu’ils ont sauvé de nombreux enfant juifs qui traversaient les Alpes.

    Leur richesse provient essentiellement des actifs financiers européens alors qu’ils ont toujours refusé d’y adhérer. Cela leur a donné le temps d’être une terre d’exil fiscal, temps qui ne durera pas. Cette mesure risque de les mettre à mal face à l’ouverture des marchés publics, les transports et l’agriculture. En effet cette décision fait partie d’un accord comportant 7 domaines. Si l’un est exclu, l’immigration comprise dans les  accords de Schengen, alors les autres s’excluent automatiquement par une clause dite de « guillotine ».
    Il faudra également remplacer tous les personnels des hopitaux de l’hotellerie, et des banques.

    Johnny Halliday a senti le vent venir, il est maintenant citoyen américain depuis quelques mois.

    Mais en vérité, les régions limitrophes de la France ont voté non à cette votation non à ce référendum. En revanche, les alémaniques ont approuvé à l’exception de la région de Zurich.

    On les croyait très au dessus de ces contingences, nos richissimes amis. Mais la nature l’a emporté. Mme Le Pen a d’ailleurs salué ce succès du nationalisme et du contrôle migratoire.

    L’Europe qui rencontre des difficultés à soutenir les mouvements Ukrainiens saura t elle  enfin faire preuve d’un peu de courage, en leur retirant tous les avantages commerciaux dont ils bénéficiaient jusqu’alors.

    En fait, on ne voit plus les gardes suisses au Vatican. Ont ils été supprimés et était ce une mesure de rétorsion que ce référendum anti-immigrés ?

     


  • Préférer la liberté à la vie

    Il n’existe pas de liberté sans vie, en revanche la vie sans liberté se rencontre tant dans les pays de dictature que de démocratie.

    La vie sans liberté, c’est celle qui se contente de vivre sans dire, c’est celle qui accepte sans conteste, celle qui demeure mais qui meurt. C’est l’antihéros qui se contente de vivre et fuir.

    La liberté se doit de d’être défendue dans tous les actes quotidiens mais également dans les valeurs que nous défendons, celles qui rendent l’homme plus grand.

    La liberté c’est choisir donc d’être acteur. C’est choisir l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) contre les forces obscures qui s’apprêtent à manipuler l’aiguille à tricoter, qui renvoient les jeunes femmes dans les pays étrangers. L’IVG c’est  privilégier le choix de vie d’un être responsable et qui s’assume à la nature qui fait du hasard  un principe de décision. Inch allah.

    La liberté c’est assumer une sexualité différente et pouvoir la pratiquer sans les interdits et la haine qui l’entourent. C’est pouvoir se marier entre même sexe si on le souhaite. C’est aussi pouvoir pratiquer la Procréation Médicalement Assistée (PMA) parce qu’on désire un enfant. Dieu merci.

    La liberté c’est savoir se séparer de son époux(se) quand l’amour disparaît.

    La liberté c’est aussi celle de pouvoir mourir sans acharnement médical, de mourir dignement quand on le décide.

     

    Cene

    Cette liberté là ne s’oppose pas à la vie, mais l’accompagne dans toute la complexité qu’elle peut présenter.

    Mais cette liberté se gagne et nécessite pour cela la loi,afin de la protéger. Elle nécessite du droit contre des forces antagonistes qui sont représentées pour la plupart par le pouvoir religieux et les forces obscurantistes. Elles expriment des pulsions de mort ou tout au moins de souffrances, pour accompagner la  vie. Souffrance de la mère qui accouche, souffrance de l’homosexuel (le) en préconisant l’abstinence, souffrance de celui ou  celle qui souhaiterait le divorce, souffrance du mourant en lui refusant de l’accompagner.

    Cette souffrance est ontologique aux  religions monothéistes qui n’envisagent la vie sur Terre qu’en ce qu’elle s’oppose au paradis. Cela s’explique en grande partie par l’absurdité de la vie qui ne saurait s’envisager sans l’inévitable mort. Le ciel rassure.

    La liberté ne saurait se contenter d’un futur illusoire mais doit se réaliser ici et maintenant car la liberté est toujours une urgence pour ceux qui la portent. Elle s’applique dans tous les domaines, la conscience, la politique, l’expression, la sexualité etc…

    Les principes qui s’attachent à la seule vie, trichent. Une vie mais quelle vie, comment la vivre. La Vie n’existe pas, il existe des vies, toutes différentes. Les religieux sacralisent la Vie, mais n’ont aucun respect pour ces vies. Ils privilégient les croyances anciennes au mépris de la modernité, c’est en cela qu’elles sont obscures.

    Ils ont érigé leur philosophie en obligation alors que les tenants de la modernité l’érige en droit. Droits nouveaux à acquérir contre contraintes à respecter. Et seul le nom de Dieu résonne aux fins des explications et des raisonnement car cette pensée n’est pas en construction mais en conservation. Dieu doit être craint par les hommes. Ils nous imposent des interdictions à chaque étape de décision au cours de la vie.

    Seuls les protestant luthériens, en matière de moeurs, ou sociétale, font preuve de mesure et de bienveillance. Que ce soit sur l’IVG qui pourtant met en cause le dogme du sacré de la vie, le mariage gay ou l’accompagnement de la mort, ils ont forgé une religion moderne car la plus récente dans le temps.

    Mais les religieux, extrêmistes, islamistes comme catholiques, s’arrogent le droit de juger et surtout d’interdire, car il leur est impossible de promouvoir de façon positive. Aujourd’hui, c’est l’IVG en Espagne, la PMA en France, la méthode ABCD contre la misogynie, et demain ce sera le darwinisme qui sera mis en cause si ce n’est même le globe terrestre, ou pourquoi pas le divorce, si on continue à se taire. Qu’ils s’imposent leurs propres règles à eux même mais ne cherchent pas à l’imposer aux autres.

    Préférer la liberté à la vie c’est vivre  pleinement, c’est aussi laisser la liberté de croyance à ceux qui le veulent sans qu’ils nous empêchent de vivre.

     

     


  • Pacte de responsabilités, une seule contrepartie, le pouvoir

    Le débat sur le pacte de responsabilités porte essentiellement sur la contrepartie en terme d’emplois. On fait semblant d’exiger 1 million d’emplois, un peu moins un peu plus, vaste débat. Toute la gauche se mobilise pour l’emploi et la droite et le MEDEF, d’éviter une réponse concrète. Alors on attend la fin du débat. Ce pacte, c’est le CICE (Crédit Impot Compétitivité Emploi  ) plus les mesures spécifiques du pacte, soit 50 milliard, ou le CICE en moins alors ce sera  30 milliards, sur 3 ans, sur 5 ans, sur le temps restant au Président de la République.

    Une fois de plus, c’est le brouillard. Les syndicats se regardent en chien de faïence. Les politiques débattent. La France attend.

    Les libéraux en matière économique ont bien raison de dire, que l’emploi dépendra du carnet de commandes. C’est effectivement au regard de l’espoir de commandes de biens ou de services que les chefs d’entreprise vont décider d’embaucher. C’est aussi lié à un facteur psychologique, de confiance en l’avenir, que ces décideurs vont décider, non de créer de l’emploi, mais de faire plus de profit et donc d’investir et de créer, en conséquence, les postes de travail nécessaires.

    Les emplois sont donc une conséquence, de facteurs divers et souvent complexes. Mais à un moment donné, il y a une décision. Et cette décision appartient aux chefs d’entreprises ou aux conseils d’administration.

    pouvoir

     

     

    Alors, au lieu de débattre sur le nombre d’emplois à créer, on ferait mieux d’intervenir sur la décision. Si l’on fait un « cadeau » au patronat au lieu de débattre sur les conséquences, on ferait mieux de décider sur les moyens, sur le chemin à emprunter pour obtenir ces emplois. Il faut assurer un  contre pouvoir au pouvoir, c’est un principe démocratique que la gauche devrait entendre.

    Alors si cadeau il y a vers le patronat si généreux, il faut le surveiller et donc faire agir syndicats ou représentants du personnel.

    En fait il suffirait de modifier les lieux de décision et exiger une juste représentation du personnel, qui lui sait ce que sont ses intérêts directs en matière de chômage.

    Que toutes les entreprises de plus de 50 salariés voient représenter le personnel dans les décisions qui les concernent, que les entreprises de plus de 1 000 salariés se voient imposer une représentation syndicale de 50% des membres du conseil d’administration. Ainsi,  la contrepartie doit être le pouvoir de décision et non un engagement qui ne vaut que pour ceux qui le croient.

    Nous trouvons curieux qu’aucun syndicat n’exprime cette revendication simple et qui leur permettrait de peser sur la stratégie même des entreprises. Et pour une fois, cette revendication ne serait pas numéraire. Elle ne nécessite aucun budget supplémentaire, seulement une volonté de fer pour simplement équilibrer les pouvoirs et enfin permettre à l’ensemble des acteurs de décider de l’intérêt collectif.

    Le pacte de responsabilités serait ainsi l’affaire de tous. Mais, si l’on veut arithmétiquement créer de l’emploi, on peut aussi réduire le temps de travail. Ah non! Ca non plus ce n’est pas possible.

    Alors continuons à débattre…

     

     


  • Hollande, c’est sans espoir

    La conférence de presse du Président, fut brillante. Sujet bien maîtrisé, diction assurée, argumentation construite. La France est conduite.

    Une seule erreur, il prête à un membre du gouvernement un manque de soutien à l’Europe, il s’en excuse. Il est vrai qu’on a bien droit à un moment d’égarement à l’issue d’une conférence de 2 heures.

    Une longue déclaration d’évidences d’une politique économique de l’offre, avec un discours fort usé mais construit. Une politique de l’offre, c’est privilégier la vente à l’achat, l’entreprise au consommateur, le capital au travail.

    Quant à l’entreprise quand ça marche, alors tout marche, il faut donc l’aider, l’alléger du fardeau fiscal, elle créera des emplois, il y aura moins de chômage et on aura réussi. Rhétorique circulaire à reproduire à l’infini. Hollande ne fait que confirmer sa politique, pas de révolution idéologique, enfin une déclaration sans tabou. C’est le pacte de responsabilité.

    Voilà qui a le mérite d’une grande cohérence. Une économie de 30 ou 50 milliards sur 3 ans, en plus du CICE ( Crédit impôt Compétitivité Emploi), ou en substitution, ça on verra après les discussions qui auront lieu entre partenaires sociaux. Il est vrai qu’on n’est plus à 10 ou 20 milliards près.

    Cependant, un élément attire l’attention, le Président confirme 5 millions de chômeurs ou semi chômeurs, voilà enfin une vérité bonne à dire.

    Il n’y aura donc plus de financement de la politique familiale financée par les entreprises. Voilà encore de la cohérence,  car on ne voit pas pourquoi celles ci financeraient un truc, un détail, dont la destination  lui est étrangère. La Caisse Nationale d’Allocation Familiale pourtant bien tangible devient virtuelle.

    On n’augmentera pas les impôts. D’où viendra l’argent ? Et bien d’une diminution des dépenses, surtout celles des collectivités locales. Donc la dette diminuera, mais les recettes n’augmenteront pas. Et puis comme l’économie redémarrera, alors on aura plus d’argent qu’il n’en faudra. Donc pas de problèmes.

    Là il y a quelque chose que je ne comprends plus.  Pas plus recettes, même moins puisque les entreprises ne supporteront plus les allocations familiales, et pas d’impôts supplémentaires. Les recettes supplémentaires viendront de ce que les entreprises et la France produiront beaucoup plus, du jour au lendemain. Les chômeurs auront du travail. M Hollande fait des miracles et la croissance fera le reste.

    liberalisme

     

    Les emplois aidés seront maintenus ainsi que la politique redistributive.

    Je sais par avance que le familier journal « Le Monde » sera aux anges. C’est exactement le sens de ses éditoriaux qui a été exposé et argumenté, avec un peu moins de redistribution que le Président, car il faut également baisser les retraites.

    Mais qu’en diront les autres?

    Je pense sincèrement qu’on se moque du peuple. J’inspecte les visages des ministres, ils acquiescent. Peut être un Montebourg un peu rêveur, c’est tout. Je dois donc avoir tort. Les nantis comprennent mieux que les autres, c’est pour ça qu’ils sont nantis.

    Les questions des journalistes ne me surprennent pas, sauf l’insistance de certains sur ses conquêtes amoureuses.  L’intervention du sympathique Nicolas Domenach déçoit un peu.

    Une question d’un journaliste étranger, sur le financement du RSA, reste sans réponse. Mais on s’en fout un peu. Tout va bien, on va enfin mener la révolution libérale que Sarkozy n’a pas faite.

    Décidément, Hollande c’est sans espoir, les français doivent attendre les effets de la main invisible et surtout de nos amis du MEDEF.

    Heureusement, l’économie dite libérale de nos amis américains, qui inonde le marché  de dollars bien keynésiens, a déjà relancé la machine économique avec profit en Europe.

    La réaffirmation de la politique africaine du Président est le  seul élément qui confirmera son  indépendance idéologique du mouvement de pensée libéral qui sévit à l’international. Sa confirmation de la menace active de la France sur la dictature syrienne vient ici le démontrer.

    Enfin, quiconque émettra un doute sur l’Europe, sera immanquablement taxé d’extrémiste, par le Président. Les Roms et leonarda, l’autorité du droit doit l’emporter. C’est un peu court jeune homme.

    Il faut néanmoins retenir que le Président souhaite que de nouvelles mesures sur l’accompagnement de la fin de vie soient examinées.

    Voilà enfin une disposition progressiste. Souhaitons que nos amis religieux ne se manifestent pas trop, sinon là encore, comme avec les maires des communes, il souhaitera laisser aux médecins la liberté de prescription qu’ils jugeront utiles. Pourtant l’accompagnement de la mort est la marque du respect de la vie.

    Pour conclure, la gauche affirmée devient la droite repentie qui elle même, en tant que droite affirmée, devient l’extrême droite.

    Il reste une place à  la gauche.

    Rappelons nous qu’il existe tout de même, le Président l’a dit,  5 millions de chômeurs en France.