• Archives pour l'Étiquette bouygues
  • Le choix de Vivendi

    Cruel dilemme que celui de SFR, appelée aussi Société Français de Radiotéléphonie (acronyme qui ne s’invente pas), dont le groupe propriétaire, VIVENDI, souhaite se défaire.

    Rappelons nous que Vivendi, était dans le giron de la Générale des Eaux, qui s’est déjà défait des groupes actuels du bâtiment, à travers Vinci, des eaux et services, à travers Veolia et pour lequel il ne resterait que les secteurs des communications et de télévision dont Canal plus.

    US-ECONOMY-VIVENDI
    Jean Marie Messier (ancien PDG remercié de Vivendi)

    3 solutions s’offrent à SFR :

    – mettre la société en bourse, apporter ainsi un capital aux détenteurs, mais cette ouverture peut ne pas générer le cash attendu et aujourd’hui ne se détache pas de chef de file industriel. Cela maintiendrait les 4 opérateurs soit lui même, Orange, Bouygues et Free, mais les marges, à cause de l’arrivée du petit dernier tendent à se réduire. C’est pourquoi Vivendi préfère aujourd’hui vendre.

    – accepter l’offre de Bouygues, qui est la mieux disante financière, plus de dix milliards d’euros, mais qui se trouve strictement être acteur dans le même métier. Les conséquences sont prévisibles. Les services support et les services commerciaux feront double emploi, le chômage guette les salariés, malgré les déclarations de bonne intention de Bouygues. Cette solution ne nécessitera qu’une simple augmentation de l’endettement de l’acquéreur largement compensée par la vente de son réseau à FREE

    – accepter l’offre de Numéricable moins avantageuse financièrement. En revanche cette proposition élargirait le métier de l’acquéreur, il y a donc moins de chance de redondance dans le double emploi, sauf dans l’activité du fixe et internet. Là aussi il y aura des dégâts en terme d’emplois, mais moindre qu’avec Bouygues. Numéricable, est une société de taille et de chiffre d’affaire bien inférieur à SFR, le petit mangerait ainsi le gros. Axa a ainsi absorbé le numéro un de l’assurance, l’UAP. Mais on ne prête qu’aux riches et ceux ci bénéficieront de prêts bancaires à des taux élevés. Il faudra donc rentabiliser la nouvelle société pour procéder aux remboursements nécessaires. Cette offre permet néanmoins de maintenir 4 opérateurs en France.

    fourtou et bolloré

    JR Fourtou (remercié) et son successeur

    On assistera ainsi, sauf à ce que l’affaire soit reportée, à un véritable choix économique. Une complémentarité de métier, un emploi donc moins menacé, le maintien de 4 opérateurs, donc une concurrence maintenu, mais une offre financière très inférieure, c’est le choix de Numéricable.

    Plus d’argent, un opérateur en moins, c’est le choix normal du capitalisme et sa tendance à la concentration du capital et à la diminution de la concurrence.

    A n’en pas douter, l’EUROPE aura à intervenir.

    Le gouvernement français aura également à choisir entre BOUYGUES qui vient de s’enrichir en vendant son réseau à FREE et illustre filiale TF1 ou un obscur financier domicilié en Suisse.

    bolloré
    le boss

    VIVENDI, avec à sa tête prochainement,Vincent Bolloré, saura défendre son intérêt strictement financier. Les salariés de SFR, quel que soit le choix retenu, faire entrer le loup dans la bergerie, ou faire entrer celui qui acquiert avec l’argent des autres, n’y trouveront jamais leur compte, d’ailleurs on ne leur demande pas leur avis.

    Le monde poursuit sa route …