• Archives pour l'Étiquette budget
  • Honte à ma patrie

    Ce soir, la révolte nous gagne.

    Seule la droite, sait lire les journaux qui nous ont indiqué que cette élection européenne verrait le Front National à la première place. Alors ils sont allés voter. Presqu’un électeur sur 2 s’est abstenu. 1 sur 8 a voté FN.

    La crainte d’une victoire du Front National, n’a fait peur à personne, parce que tout le monde s’en fout. Ce monde du travail et des jeunes veut inconsciemment la politique du pire. Celle qui consiste, non pas en une abstention volontaire, révolutionnaire par refus des institutions établies, le parlement, la présidence, mais celle de l’indifférence, de l’égoïsme naturel des hommes et des femmes.

    Les abstentionnistes d’aujourd’hui acceptent les règles de la démocratie, ils ont eu 25 candidatures, toutes différentes, ils n’avaient pas le choix entre 2 listes, ni 3 mais 25, allant même jusqu’à ceux qui souhaitaient réhabiliter les joints.

    deuil

     

    Eh bien ils sont allés à Houlgate, dans les calanques de Sormiou, gouter les premiers frémissements de printemps. Mais pourquoi cette indifférence ?

    Ils ont, il est vrai, voté pour un candidat dont l’ennemi était la finance, et qui a su si bien la réhabiliter et installer une logique de critères budgétaires au mépris de ses engagements auxquels ils ont cru.

    Ils se sont abstenus aux Municipales pour confirmer leur désaveu et se sont vus imposer un nouveau premier ministre encore plus à droite, c’est à dire l’inverse de ce qu’ils souhaitaient.

    Alors ils se sont encore abstenus aux européennes, pour insister sur leur désaveu et M Valls leur a encore dit au vue du résultat des élections européennes, qu’il maintiendrait et développerait cette politique qu’ils récusent.

    Il est vrai que c’est à plus rien y comprendre. Il est vrai que certains osent dire que Hollande a un grand intérêt à un front national fort pour avoir des chances de l’emporter au second tour des présidentielles, comme Chirac en 2002. Mauvaises langue.

    Jour après jour, des affaires de tous les camps politiques font florès. Ils n’en ont plus rien à foutre de cette politique qui les épuise et les méprise. Ils n’ont même pas entendus ou lus la presse qui les a alertés.

    Ils avaient 25 listes, pas une n’a retenu leur attention, d’ailleurs ils ne les connaissaient pas et moi non plus. Là, la presse les a négligés. Ils sont sélectifs, ils n’ont retenu que ce que la presse leur a dit : il y a toujours eu une forte abstention à cette élection, donc ils n’ont pas démentis. Ils ont suivi sans même faire attention aux alertes de risque, qu’elle a semé ces derniers jours. Ce jour de printemps était trop beau.

    Alors, à force de jouer, les dirigeants ont tué la démocratie, celle qui fait dire que le peuple est représenté, n’a plus aucune  aspérité. Ils ont tué les principes de représentation en ne représentant qu’eux mêmes, et leurs petits intérêts égoïstes, minuscules, au regard de l’intérêt général. Au secours JJ Rousseau.  Encore un Jean Jacques, ils s’en foutent de ce Jean Jacques.

    Les idéaux européens n’ont pas recueilli leurs suffrages, d’ailleurs qu’y a t il d’idéal, quand on ne parle que budget, contraintes, obstacles incontournables, sans oser le rêve et la fulgurance du combat des valeurs . Qu’y a t il de rêve quand tout un chacun déclare que cette Europe nous  oblige,  règle nos vies de manière bureaucratique, nous enserre et aujourd’hui nous rétrécit alors que plusieurs de nos générations ont péri au nom d’une patrie illusoire, qui ne s’appuie que sur des intérêts économiques de quelques uns ou des désirs irrépressibles d’impérialisme.

    Un peu de rêve alors que les extrémistes ne font qu’entretenir ces mauvaises pulsions que tout un chacun a déjà rencontré. A force de volonté de réalité et de réalisme qu’ils entretiennent avec le clin d’oeil de complicité de ceux qui savent et se ravissent dans un secret partagé.

    Ils n’ont rien contre les juifs, les immigrés, les intellectuels, les assistés, les roms, les communistes, les écologistes, les gauchistes, les socialistes, mais il faut reconnaître que ……..

    Mais la suite sera ce qu’en feront ces abstentionnistes qui s’en foutent.

    Heureusement une leçon des peuples qui souffrent au Portugal, en Grèce, en Italie nous a été donnée. Je reste Européen avec eux et je veux rester fier de ma patrie qui se délite à nouveau dans un pétainisme qui craint le progrès, objet des combats nécessaires.  On dit que l’histoire ne repasse pas les plats.

    REDA, ils t’ont déjà oublié.

     

     

     

     


  • Impots à la source, un faux débat

    Qu’est-ce que l’impot sur le revenu à la source ?

    A priori c’est une bonne chose. C’est faire en sorte que pour les salariés de France, l’impôt sur le revenu soit calculé, comme les charges, sur la base du salaire mensuel, de sorte que ce qui s’affichera en bas, à droite de la feuille de paie, sera ce qu’il gagne réellement (charges et impôts retirés). Hormis la TVA, à la consommation, bien entendu.

    Que l’on soit de droite ou de gauche, cela ne devrait pas faire l’objet de débats, c’est un problème technique. Et pourtant la droite s’y oppose. Pourquoi ?

    Parce que actuellement les impôts sont calculés, sur la base des revenus, donc des appointements pour les salariés, et selon des tranches.

    bareme

    Pour rappel (chiffres arrondis), pour les revenus 2013 :
    de 6000 à 12 000 on paie 5,5 % d’impôts sur cette première tranche
    de 12 000 à 26 500 on paie 14 % sur cette seule tranche de revenus
    de 26 500 à 71 000 on paie 30% sur cette seule tranche de revenus
    de 71 000 à 151 000 on paie 41% sur cette seule tranche de revenus
    au delà de 151 000 on paie 45 % sur cette seule tranche.

    Ainsi,sans tenir compte du nombre de part, si on gagne 30 000 euros nets par an, on paie
    12 000 – 6000= 6 000 X 5,5% = 330 euros
    26500 – 12 000 = 14 500 X 14 % = 2030 euros
    puis 30 000 – 26 500 = 3500 X 30 % = 1050 euros

    soit un total de 3 410 euros ( 3410/30 000)soit 11,30% de ses revenus, et nous sommes sur ce qu’on appelle un taux marginal d’impôts de 30% (TMI).. Le plus haut montant de revenu est effectivement imposé à 30%.

    Il y a fort à parier qu’avec le prélèvement à la source, on continuera à faire jouer au moins une première tranche car elle protège les plus faibles revenus. En effet, les tranches visent à réduire les différences de revenus.

    Ainsi, si l’impôt à la source est retenu, on conservera une première tranche faible (5,5 %) de 6 000 à 12 00 euros . Mais on pourra habilement, pour les revenus qui sont réputés non protégés, affecter un taux de 20 % ou 25 %, toujours inférieur à ce fameux taux marginal sur lequel tout le monde se fixe.
    Ainsi par exemple un taux d’imposition de 25 %, ne choquera personne (inférieur au 30% de TMI) et l’impôt, même en maintenant la tranche « sociale » protégée, sera de 4 830 euros , au lieu de 3 410 euros. Evidemment si ce taux s’appliquait sur l’ensemble des revenus, le montant à prélever serait moins importants pour les millionnaires en revenus. Une idée à garder pour nos libéraux.

    Voilà, de manière lapidaire ce que craint la droite, que l’impôt à la source soit à l’origine d’une augmentation déguisée de l’impôt sur le revenu.
    Ce n’est pas l’impôt à la source qui est critiqué, mais sa capacité à rendre acceptable par les français, un montant plus élevé. Il est vrai, lorsque l’Etat est en recherche de ressources supplémentaires, c’est très tentant, c’est pourquoi, avec l’impôt à la source, les classes moyennes seront très certainement les plus touchées.
    Donc le seul débat reste, les tranches et les taux seront ils modifiés ?

    Cet impôt sera bien entendu mensualisé, et donc moins douloureux pour ceux qui ont conservé le paiement par tiers provisionnel.
    D’autre part, l’impôt à la source est assez peu différent du paiement de l’impôt sous forme de mensualisation. Au lieu de diviser la somme par 10, comme la mensualisation actuelle, on la divisera par 12, le nombre de salaires par année. C’est plutôt favorable au salarié. Seule l’éventuelle augmentation du salaire sera immédiatement grevée par l’impôt.

    Il ne faut pas oublier également qu’il n’existe pas de geste de paiement lorsque le montant est retenu à la source. On ne paie plus puisque la somme est prélevée. Toujours moins de douleur.

    La réflexion, au lieu de se consacrer au comment, à la source ou non, doit privilégier le pourquoi, combien et à quoi cela sert-il ?

    revenus On distingue que ce sont les classes aisées et moyennes qui paieront

    A quoi sert l’impôt ? A payer tous les budgets de la Nation, mais surtout la fameuse dette.
    Si l’on veut plus de ressources il existe 4 recettes possibles :
    – les cotisations sociales
    – l’impôt sur le revenu, l’impôt direct
    – l’impôt sur la consommation, l’impôt indirect, qu’est principalement la TVA qui rapporte beaucoup plus que l’impôt précédent
    – l’impôt sur le patrimoine, ou aujourd’hui, principalement l’ISF (impôt sur la fortune)

    Aujourd’hui, pas question d’augmenter l’impôt sur le revenu (sauf de manière déguisée comme on l’a vu) ni les cotisations sociales. M Moscovici déclare qu’on en paie trop.
    Aujourd’hui pas question d’augmenter l’impôt sur la consommation; la TVA va passer à 20% au 1er janvier 2014. Cela fait jaser la gauche extrême.

    patrimoine 20% de la population la plus riche dispose de 65% du patrimoine (48+17), 10% des plus riches en possèdent 48%

    Alors pourquoi ne pas toucher au patrimoine ? Non cela ne se fait pas dans une économie libérale.
    Pourtant, les calculs ont été faits. Il suffit de 17 % d’imposition sur l’ensemble du patrimoine pour libérer la France de cette dette insoutenable et qui grève le futur.

    17% sur le patrimoine financiers, mobilier, immédiatement
    17% à valoir sur le patrimoine immobilier, immédiatement ou au moment du décès du propriétaire
    Seraient exonérés les 30 000 premiers euros.

    Ces 17 % seront appliqués une fois, et ils nous permettraient de repartir sur une situation saine, sans les frais financiers qui courent et augmentent d’année en année. D’ailleurs le FMI (Fonds Monétaire International) ne commence-t-il pas à s’intéresser à cette manne des pays riches qui disposent de patrimoine et d’épargne ?

    Alors au lieu d’évoquer les petits problèmes techniques, pourquoi nos grands savants de l’économie n’imposent-ils pas sur la vraie richesse. Sur cette richesse qui s’accumule pour quelques uns alors que les revenus mensuels stagnent ou diminuent pour la plupart.

    On dit que les français seraient très attachés à l’héritage et donc au patrimoine.

    Impossible, ils inventent des tranches de revenu qui tendent vers l’égalité.
    Impossible, 10% possèdent 58 % du patrimoine, ce qui est très inégalitaire

    Alors, chiche. On s’occupe du patrimoine plutôt que des revenus.

    les deux derniers schémas ont pour auteurs MM PICKETTY ET BERRUYER