• Archives pour l'Étiquette domenach
  • Hollande, c’est sans espoir

    La conférence de presse du Président, fut brillante. Sujet bien maîtrisé, diction assurée, argumentation construite. La France est conduite.

    Une seule erreur, il prête à un membre du gouvernement un manque de soutien à l’Europe, il s’en excuse. Il est vrai qu’on a bien droit à un moment d’égarement à l’issue d’une conférence de 2 heures.

    Une longue déclaration d’évidences d’une politique économique de l’offre, avec un discours fort usé mais construit. Une politique de l’offre, c’est privilégier la vente à l’achat, l’entreprise au consommateur, le capital au travail.

    Quant à l’entreprise quand ça marche, alors tout marche, il faut donc l’aider, l’alléger du fardeau fiscal, elle créera des emplois, il y aura moins de chômage et on aura réussi. Rhétorique circulaire à reproduire à l’infini. Hollande ne fait que confirmer sa politique, pas de révolution idéologique, enfin une déclaration sans tabou. C’est le pacte de responsabilité.

    Voilà qui a le mérite d’une grande cohérence. Une économie de 30 ou 50 milliards sur 3 ans, en plus du CICE ( Crédit impôt Compétitivité Emploi), ou en substitution, ça on verra après les discussions qui auront lieu entre partenaires sociaux. Il est vrai qu’on n’est plus à 10 ou 20 milliards près.

    Cependant, un élément attire l’attention, le Président confirme 5 millions de chômeurs ou semi chômeurs, voilà enfin une vérité bonne à dire.

    Il n’y aura donc plus de financement de la politique familiale financée par les entreprises. Voilà encore de la cohérence,  car on ne voit pas pourquoi celles ci financeraient un truc, un détail, dont la destination  lui est étrangère. La Caisse Nationale d’Allocation Familiale pourtant bien tangible devient virtuelle.

    On n’augmentera pas les impôts. D’où viendra l’argent ? Et bien d’une diminution des dépenses, surtout celles des collectivités locales. Donc la dette diminuera, mais les recettes n’augmenteront pas. Et puis comme l’économie redémarrera, alors on aura plus d’argent qu’il n’en faudra. Donc pas de problèmes.

    Là il y a quelque chose que je ne comprends plus.  Pas plus recettes, même moins puisque les entreprises ne supporteront plus les allocations familiales, et pas d’impôts supplémentaires. Les recettes supplémentaires viendront de ce que les entreprises et la France produiront beaucoup plus, du jour au lendemain. Les chômeurs auront du travail. M Hollande fait des miracles et la croissance fera le reste.

    liberalisme

     

    Les emplois aidés seront maintenus ainsi que la politique redistributive.

    Je sais par avance que le familier journal « Le Monde » sera aux anges. C’est exactement le sens de ses éditoriaux qui a été exposé et argumenté, avec un peu moins de redistribution que le Président, car il faut également baisser les retraites.

    Mais qu’en diront les autres?

    Je pense sincèrement qu’on se moque du peuple. J’inspecte les visages des ministres, ils acquiescent. Peut être un Montebourg un peu rêveur, c’est tout. Je dois donc avoir tort. Les nantis comprennent mieux que les autres, c’est pour ça qu’ils sont nantis.

    Les questions des journalistes ne me surprennent pas, sauf l’insistance de certains sur ses conquêtes amoureuses.  L’intervention du sympathique Nicolas Domenach déçoit un peu.

    Une question d’un journaliste étranger, sur le financement du RSA, reste sans réponse. Mais on s’en fout un peu. Tout va bien, on va enfin mener la révolution libérale que Sarkozy n’a pas faite.

    Décidément, Hollande c’est sans espoir, les français doivent attendre les effets de la main invisible et surtout de nos amis du MEDEF.

    Heureusement, l’économie dite libérale de nos amis américains, qui inonde le marché  de dollars bien keynésiens, a déjà relancé la machine économique avec profit en Europe.

    La réaffirmation de la politique africaine du Président est le  seul élément qui confirmera son  indépendance idéologique du mouvement de pensée libéral qui sévit à l’international. Sa confirmation de la menace active de la France sur la dictature syrienne vient ici le démontrer.

    Enfin, quiconque émettra un doute sur l’Europe, sera immanquablement taxé d’extrémiste, par le Président. Les Roms et leonarda, l’autorité du droit doit l’emporter. C’est un peu court jeune homme.

    Il faut néanmoins retenir que le Président souhaite que de nouvelles mesures sur l’accompagnement de la fin de vie soient examinées.

    Voilà enfin une disposition progressiste. Souhaitons que nos amis religieux ne se manifestent pas trop, sinon là encore, comme avec les maires des communes, il souhaitera laisser aux médecins la liberté de prescription qu’ils jugeront utiles. Pourtant l’accompagnement de la mort est la marque du respect de la vie.

    Pour conclure, la gauche affirmée devient la droite repentie qui elle même, en tant que droite affirmée, devient l’extrême droite.

    Il reste une place à  la gauche.

    Rappelons nous qu’il existe tout de même, le Président l’a dit,  5 millions de chômeurs en France.