• Archives pour l'Étiquette entreprises
  • Pacte de responsabilité : l’hypocrisie des signataires

    En France, le Président et ses conseillers ont décidé de convenir d’un échange, entre 30 milliards d’euros de réduction des charges et emplois.

    Donc les syndicats, MEDEF et représentants des salariés, ont négocié argent contre emplois.
    Alors les syndicats sont convenus, à quelques uns, MEDEF, CFDT, CFTC,CFE CGC, d’un « relevé de conclusions » qui renvoie la négociation dans les branches professionnelles.

    Pourtant la CFDT avait joué les gros bras en exigeant la veille que soit signé un engagement du patronat en nombre d’emplois.
    Puis plus rien.

    Alors, il faudra délocaliser les négociations, avec un syndicalisme dont la présence est faible.

    Et là, il ne se passera strictement rien, sauf dans les grandes entreprises qui auront à coeur à nouveau de communiquer sur leur éminent rôle social.

    Ainsi EDF créera 6 000 emplois, ce qui correspond à ses engagements avant Pacte, à peine au renouvellement des effectifs dû aux départ en retraite etc…

    GATTAZ

    Une entreprise ne crée pas d’emplois en contrepartie d’aides financières, elle crée des emplois en fonction de la demande du marché et de la recherche. La demande diminue, car globalement les revenus diminuent à cause du chômage, et la recherche stagne.

    En revanche une chose ne change pas, le pouvoir reste entre les mêmes mains, les conseils d’administration et les dirigeants grassement payés. Si l’on veut plus de démocratie, moins d’inégalités, il faut changer les pouvoirs de décision et les démocratiser. Il faut donner en échange de subventions, du pouvoir aux salariés et fixer un cadre législatif au niveau national.

    Personne ne revendique cet échange et tout le monde revendique un nombre d’emplois illusoire.

    Et le monde continue…


  • Grève des clubs, mais où sont les joueurs ?

    Hollande maintient sa position, une fois n’est pas coutume. Les clubs seront taxés sur les rémunérations supérieures au million d’euros.

    voitures

    Alors les clubs maintiennent leur grève.En fait, il faut savoir, mais chacun le sait, qu’il s’agit d’une grève patronale et non d’une grève des joueurs de football, ce qui eut été une manifestation plus difficile à gérer.

    A l’origine ce sont les joueurs qui devaient subir une surimposition. Mais depuis le refus du Conseil Constitutionnel, ce sont les entreprises qui sont taxées.

    Par voie de conséquence, les clubs subissent une double contrainte, une taxe et en contrepartie des contrats avec les joueurs qui restent ce qu’ils sont et ne peuvent s’adapter. Donc des salaires qui restent au niveau où ils sont, et des charges décidées par l’Etat, qui augmentent.
    Un déficit très difficile à absorber

    Il suffirait que les joueurs envisagent de baisser leurs revenus pour absorber cette nouvelle taxe. Ils ne bougent pas et laissent leurs clubs manifester, les chefs d’entreprises protester.

    Mais pourquoi, les autres institutions ne bougent elles pas ? Tout simplement parce que la plupart des  très hauts revenus dans celles ci  ne représentent pas une part aussi importante dans la masse salariale.

    Et  les banques arriveront toujours à s’arranger avec leurs très hauts salaires, sous forme de stock options, retraites chapeaux et autres compléments de rémunérations.

    F Hollande fait de la résistance.

    http://www.lemonde.fr/sport/article/2013/10/24/taxe-a-75-les-clubs-annoncent-une-greve-du-foot-fin-novembre_3502412_3242.html