• Archives pour l'Étiquette liberté
  • Etre de gauche

    Etre de gauche, c’est préférer se placer aux cotés des victimes plutôt que des agresseurs ou des dominants.

    C’est être pour la liberté de dire, d’agir, de progresser

    C’est se révolter contre les menaces de peines de prisons pour les syndicalistes de Goodyear, contre un procureur général délirant

    C’est aussi imposer le pouvoir des juges avant toute action de police ou d’administration

    C’est être en empathie avec les victimes, qu’elles soient de Toulouse, de Charlie Hebdo, de l’hyper Casher, des jeunes du Bataclan ou des terrasses

    C’est être aux cotés des femmes de Cologne, contre les mains et les haleines des agressions sexistes et sexuelles. C’est s’opposer à toute discrimination, mépris des femmes, c’est oeuvrer au strict respect de l’égalité de droits et des aptitudes

    AVT2_Badinter_9908

     

     

    C’est être laïque, et respecter les religions dans la mesure où elles ne viennent pas empiéter dans les espaces professionnels, d’éducation et universitaires et les vivre librement dans l’espace urbain et les lieux de rassemblement ou de prière

    C’est lutter contre toute forme d’homophobie ou acte qui restreindrait la liberté des gays, lesbiennes et transexuels et leurs droits

    C’est promouvoir l’égalité des chances tant à l’école que pour l’accès à l’emploi

    C’est protéger les plus faibles d’entre nous et fournir les aides sociales, juridiques nécessaires à la dignité. C’est protéger les enfants.

    C’est renverser l’inégalité de la répartition des revenus et du capital

    C’est s’opposer aux dictatures politiques et/ou confessionnelles et promouvoir la démocratie dans le monde

    C’est accueillir les réfugiés victimes de la guerre, de la dictature ou de la pauvreté

    C’est s’opposer à la politique de l’Etat d’Israel et oeuvrer à la reconnaissance des palestiniens et leurs droits à l’égalité, c’est agir pour détruire le mur de la honte

    C’est lutter contre l’antisémitisme

    C’est s’opposer à toute mesure, dans les Etats, qui visent à restreindre la liberté d’expression, de pensée et c’est promouvoir les contre pouvoirs politiques, syndicalistes et associatifs

    C’est s’opposer à toute mesure qui sépare les populations dans un seul pays,

    C’est s’opposer à l’islamisme et ses violences faites aux femmes et aux hommes, c’est lutter contre tout prosélytisme religieux et tout agissement insidieux

    C’est opposer la valeurs du progrès à l’obscurantisme du passé

    C’est replacer au centre du pouvoir, le peuple, et lutter contre tout accaparement par une classe professionnelle

    C’est partager le travail et l’assurer pour tous

    C’est développer les technologies nouvelles au service de la démocratie et de l’efficience écologique

    partage_o

     

     

    C’est partager le pouvoir dans les entreprises et lutter contre les bureaucraties et hiérarchies improductives

    C’est prévoir la décroissance et assurer à terme un revenu minimum

    C’est construire un nouveau monde qui prennent en compte le respect de l’environnement pour les générations futures

    C’est être debout et ne rien lâcher, être patriote sans tomber dans le nationalisme, c’est respecter l’autre, sans concessions sur les principes et les valeurs de la République et de la Démocratie.

    C’est être libre et acteur de sa vie

    C’est préférer le bruit au silence, le bonheur aux souffrances, l’avenir au passé.

    C’est juger sans préjugés


  • Préférer la liberté à la vie

    Il n’existe pas de liberté sans vie, en revanche la vie sans liberté se rencontre tant dans les pays de dictature que de démocratie.

    La vie sans liberté, c’est celle qui se contente de vivre sans dire, c’est celle qui accepte sans conteste, celle qui demeure mais qui meurt. C’est l’antihéros qui se contente de vivre et fuir.

    La liberté se doit de d’être défendue dans tous les actes quotidiens mais également dans les valeurs que nous défendons, celles qui rendent l’homme plus grand.

    La liberté c’est choisir donc d’être acteur. C’est choisir l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) contre les forces obscures qui s’apprêtent à manipuler l’aiguille à tricoter, qui renvoient les jeunes femmes dans les pays étrangers. L’IVG c’est  privilégier le choix de vie d’un être responsable et qui s’assume à la nature qui fait du hasard  un principe de décision. Inch allah.

    La liberté c’est assumer une sexualité différente et pouvoir la pratiquer sans les interdits et la haine qui l’entourent. C’est pouvoir se marier entre même sexe si on le souhaite. C’est aussi pouvoir pratiquer la Procréation Médicalement Assistée (PMA) parce qu’on désire un enfant. Dieu merci.

    La liberté c’est savoir se séparer de son époux(se) quand l’amour disparaît.

    La liberté c’est aussi celle de pouvoir mourir sans acharnement médical, de mourir dignement quand on le décide.

     

    Cene

    Cette liberté là ne s’oppose pas à la vie, mais l’accompagne dans toute la complexité qu’elle peut présenter.

    Mais cette liberté se gagne et nécessite pour cela la loi,afin de la protéger. Elle nécessite du droit contre des forces antagonistes qui sont représentées pour la plupart par le pouvoir religieux et les forces obscurantistes. Elles expriment des pulsions de mort ou tout au moins de souffrances, pour accompagner la  vie. Souffrance de la mère qui accouche, souffrance de l’homosexuel (le) en préconisant l’abstinence, souffrance de celui ou  celle qui souhaiterait le divorce, souffrance du mourant en lui refusant de l’accompagner.

    Cette souffrance est ontologique aux  religions monothéistes qui n’envisagent la vie sur Terre qu’en ce qu’elle s’oppose au paradis. Cela s’explique en grande partie par l’absurdité de la vie qui ne saurait s’envisager sans l’inévitable mort. Le ciel rassure.

    La liberté ne saurait se contenter d’un futur illusoire mais doit se réaliser ici et maintenant car la liberté est toujours une urgence pour ceux qui la portent. Elle s’applique dans tous les domaines, la conscience, la politique, l’expression, la sexualité etc…

    Les principes qui s’attachent à la seule vie, trichent. Une vie mais quelle vie, comment la vivre. La Vie n’existe pas, il existe des vies, toutes différentes. Les religieux sacralisent la Vie, mais n’ont aucun respect pour ces vies. Ils privilégient les croyances anciennes au mépris de la modernité, c’est en cela qu’elles sont obscures.

    Ils ont érigé leur philosophie en obligation alors que les tenants de la modernité l’érige en droit. Droits nouveaux à acquérir contre contraintes à respecter. Et seul le nom de Dieu résonne aux fins des explications et des raisonnement car cette pensée n’est pas en construction mais en conservation. Dieu doit être craint par les hommes. Ils nous imposent des interdictions à chaque étape de décision au cours de la vie.

    Seuls les protestant luthériens, en matière de moeurs, ou sociétale, font preuve de mesure et de bienveillance. Que ce soit sur l’IVG qui pourtant met en cause le dogme du sacré de la vie, le mariage gay ou l’accompagnement de la mort, ils ont forgé une religion moderne car la plus récente dans le temps.

    Mais les religieux, extrêmistes, islamistes comme catholiques, s’arrogent le droit de juger et surtout d’interdire, car il leur est impossible de promouvoir de façon positive. Aujourd’hui, c’est l’IVG en Espagne, la PMA en France, la méthode ABCD contre la misogynie, et demain ce sera le darwinisme qui sera mis en cause si ce n’est même le globe terrestre, ou pourquoi pas le divorce, si on continue à se taire. Qu’ils s’imposent leurs propres règles à eux même mais ne cherchent pas à l’imposer aux autres.

    Préférer la liberté à la vie c’est vivre  pleinement, c’est aussi laisser la liberté de croyance à ceux qui le veulent sans qu’ils nous empêchent de vivre.

     

     


  • Dieudonné instrumentalisé

    Dieudonné M’bala M’bala, fait la Une en France.

    Cela a commencé dans la presse, lorsque « l’humoriste » s’en est pris à la judaïté présupposée de Patrick Cohen, journaliste. Puis,  l’évènement fut relayé par Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur, qui voulut en faire son nouveau cheval de bataille.  En effet, il faut maintenir coute que coute la présence télévisuelle du Ministre.

    Valls veut lui interdire tous ses spectacles, ça fait parler et écrire. Il utilise l’argument juridique de l’interdiction des lancers de nains. Cet argument n’est pas adapté à la situation.

    Le lancer de nains est un spectacle qui a été interdit parce qu’il portait atteinte à la dignité humaine et ce malgré le consentement des nains eux-mêmes. C’est un des rares cas ou le droit décide que notre propre corps ne nous appartient pas et doit être considéré avec respect au nom de l’humanité toute entière.

    On ne voit pas très bien ce que le ministre cherche. La parole de Dieudonné serait elle-même indigne de l’engeance humaine ? Non. Alors ce serait de donner à voir, en spectacle qui mettrait en cause cette dignité ? N’importe quoi.

    L’important pour Valls c’est que l’on puisse en parler.

    Alors les champions de la liberté d’expression sont devenus les lepénistes, paradoxe extraordinaire du monde actuel de la communication qui sidère le moindre démocrate.

    Interdire la liberté des spectacles, ou des créations, c’est un peu recommencer ce que firent les nazis dans les années trente en Allemagne. Mettre en exergue une idéologie antisémite, ultra minoritaire en France, et accepter de mettre en danger la liberté, c’est favoriser l’autoritarisme d’Etat, c’est le menton levé de la fierté de M Valls. L’ordre et l’autorité, sont ses maîtres mots, la censure un moyen utile.

    liberté

    Laissons les 250 places du théâtre occupées par des imbéciles heureux et des antisémites très ordinaires. Tellement ordinaires qu’ils responsabilisent les juifs dans l’esclavage alors que celui ci fut formellement interdit aux juifs. Cela est attesté, mais la haine a souvent peu à voir avec l’histoire.

    M’bala M’bala ne devrait pas être en peine, le gouvernement tout entier et l’administration lui assure une publicité peu commune que d’autres lui envieraient.

    La justice l’a condamné, il suffit maintenant d’exiger qu’elle exécute ses décisions. Le fisc ne connaît pas l’impuissance.

    Au contraire, on instrumentalise ses spectacles et ses dires, pour soi-disant lutter contre l’antisémitisme. La LICRA s’y associe et heureusement le MRAP se dissocie de ce mouvement de « Valls » comme la Ligue des Droits de l’Homme.

    Ce soi disant front antiraciste ne fait que, parce qu’il est attentatoire à la liberté d’expression, renforcer le lepénisme à l’aguet de tout évènement  pour apparaître démocrate et républicain. Dieudonné est devenu un instrument de communication de MM Valls et Hollande. Il permet également d’associer antisémitisme et antisionisme c’est à dire un racisme à un anti impérialisme.

    Des esprits malins, comme Christophe Alévêque dans « fluide glacial-janvier 2014 », postulent que le gouvernement fait tout pour renforcer le lepénisme et ainsi faire en sorte que Mme Le Pen soit présente au deuxième tour de la présidentielle de 2017 et permettre le succès du candidat de gauche. Après Leonarda, les roms et Dieudonné, Valls est l’un des principaux instigateurs.

    Un tel cynisme fait peur.


  • Kiev, l’Europe absente

    Kiev manifeste, l’Europe ne fait rien.

    L’Ukraine, crie l’Europe n’entend pas.

    Sous les vents froids, 100 000 jusqu’à 500 000 personnes ont  manifesté. Des nationalistes à la gauche, ils disent qu’ils en ont assez de l’oligarchie familiale qui se vend à la Russie. Ils disent qu’ils veulent un peu plus de liberté, moins de corruption. Ils se sont d’autant réunis que beaucoup d’entre eux ont été gravement blessés par les forces de l’ordre. Même les régions russophones se rebellent. Tous disent leur colère et leur révolte.

    Pourtant un pays si proche.

    ukraine

    C’est un pays ou tout s’achète, du permis de conduire, aux diplômes jusqu’aux postes de députés. C’est une dynastie qui se construit au profit du fils du maître.

    C’est sont des dirigeants qui se vendent au plus offrant, préférant les roubles immédiats aux euros futurs. Ou bien, ce serait pour 20 milliards d’euros, chantage odieux. Tout s’achète et tout se vend pour ces dirigeants sans âmes.

    Et l’Europe qui pourrait soutenir massivement cette soif de liberté, cette soif de progrès contre la dictature rampante de Poutine, ne fait rien. On dirait que ça l’embarrasse. Elle se limité à protester contre les violences alors qu’il s’agit d’un combat pour des valeurs universelles.

    Décidément encore une occasion manquée. Lorsque les électeurs seront appelés à voter pour l’ Europe de quelle Europe s’agira-t-il ?

    Celle de l’égoïsme, ou celle de la générosité et de la liberté ?

    On tue les rêves, qu’on ne s’étonne pas que l’extrême droite européenne tue l’Europe.