• Archives pour l'Étiquette TELEVISION
  • Drucker : « applaudissez mon chien »

    L’émission télévisée « Vivement dimanche » ne se regarde pas, sauf à préparer une sieste réparatrice le dimanche après midi. Mais on peut également revoir l’émission le soir, après minuit, lorsque l’insomnie vous gagne à cause de votre sieste de l’après midi.

    Drucker arrive, se pavane pour recueillir les applaudissements du public, quoi de plus normal pour une vedette qui n’en finit pas. Puis, avant de s’asseoir avec ses invités, il demande  » et applaudissez mon chien ». Et les spectateurs d’applaudir.

    La télévision nous montre ainsi que ses possibilités sont illimitées. C’est insuffisant qu’une vedette nous impose son canidé à l’occasion de son  rituel dominical, encore faut-il qu’il nous oblige à l’applaudir et si possible à tout rompre. Et les applaudissements fusent.

    drucker

    Bien entendu, personne ne fait de remarque. On enchaîne.

    C’est inouïe. Qu’on applaudisse une vedette, soit, une émission, un film, un spectacle, une oeuvre, une musique passe encore, un chien dans un cirque, oui, parce qu’il a réalisé une pirouette étonnante. Mais un chien qui ne fait rien que d’être un chien, qui marche, s’assoit et s’endort comme tous les chiens, alors là je m’étonne encore.

    Il s’agit du chien d’une vedette, donc plus tout à fait un chien ordinaire.

    Alors applaudissez mon chien. On commence ainsi et on ne sait plus trop où on s’arrêtera. La télévision est un rêve.


  • Déplacer l’émission « ce soir ou jamais » est un scandale démocratique

    On n’y croit pas, maintenant la caste veut déplacer l’émission « ce soir ou jamais ». Nos dirigeants veulent notre bien, 1984 n’est plus très loin.

    Parce que le débat y fait rage, parce qu’on a osé opposer des antisémites à des démocrates et républicains au cours d’une émission, alors il y a danger pour la bien-pensance. Il faut protéger les enfants béats que nous sommes devant la  télévision et même pourquoi pas interdire cette émission.

    taddéi

     

    C’est un peu notre Polac d’aujourd’hui qu’on assassine. Décidément on ne nous laisse même plus la liberté de penser. Le peuple ne peut penser par lui-même, il faut qu’on l’y aide. Au fond, Mme Sublet, qui sait pouffer de rire, nous a habitué aux sujets légers, ferait une excellent remplaçante d’une émission controversée. Alors exit « ce soir ou jamais ».

    C’est scandaleux, là aussi on nous prend pour des imbéciles incapables de dénouer le vrai du faux, incapables de distinguer un raciste qui se cache peu, d’un autre débatteur. C’est une atteinte à l’intelligence des téléspectateurs, c’est un signe de mépris pour le peuple.

    Frédéric Taddéi était un peu déconfit lors de l’émission  » le supplément »  de Maïté Biraben sur Canal plus, décontenancé même, on le serait à moins. Il n’intervient pas sur le contenu, donne la parole, alors on lui reproche de soutenir un parti pris mais pas l’autre et comme par hasard toujours le pire. Il est intelligent mais on lui préfèrera la bêtise. Ce n’est pas admissible.

    Protester, pétitionner pour le maintien de cette émission, n’est qu’une juste réponse aux contempteurs modernes qui  veulent notre bien.

    http://www.france2.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais/diffusions/24-01-2014_166730

     


  • Triste est FINKIELKRAUT

    Un philosophe par nature, parce qu’il sait se doit d’être gai pour un « gai savoir », ne peut nous présenter cette image d’homme triste, fondamentalement attaché aux valeurs les plus conservatrices de notre société.

    SOIS JEUNE

    Au lieu de chercher le bonheur, comme tout bon philosophe, Finkelkraut nous ressort « l’identité malheureuse » dont il se repaît.

    Ainsi, le soixante-huitard heureux, exalté, pourfendeur des idées reçues, créateur de concept nouveaux, alliant pensée et mouvement, anticonformiste est devenu un désolant vieillard aigri qui ressasse de vieilles pensées qui parfois fleurent bon les années 30 à 60.

    Car qu’a-t-il de différent d’un Debré, père s’entend, qui lui même, auteur d’une constitution monarchiste, et d’un gaullisme conservateur, si ce n’est la chevelure trop désordonnée.

    Finkielkraut nous fait en effet penser à Michel Debré en 1968, de Gaulle et sa chienlit, allant trouver les forces françaises en Allemagne pour les réprimer, patriote ringard, MRP avec ses couleurs bleu blanc rouge, son côté Algérie Française, sans oublier ce bon service militaire qui servira à mater tous ces gauchistes.

    Pourquoi un tel reniement alors qu’il a su vivre ces instants de joie. Après tout la recherche du bonheur, n’est elle pas un des fondements de la philosophie ?

    Les tenants du pouvoir d’alors, les anciens qui voulaient casser du gauchiste sont le miroir devant lequel il se complait, ceux qu’il a tant critiqué sont devenus ses référents. A tel point, que tel un Alain Peyrefitte, il compte sur la télévision pour le soutenir et le voilà devenu coléreux devant la moindre contradiction. On a osé lui prêter des idées non convenables, il se fâche, refuse, s’apprête à lever le poing contre son adversaire. Tu réagis comme un bon réactionnaire. Suffisant.

    « On n’est pas couché » ne saurait récuser  » ce soir ou jamais » de la même semaine d’octobre, l’environnement diffère mais l’homme dans son essence, reste identique.

    Que t’arrive t il Alain, toi qui nous fit rêver, tu remues maintenant des idées noires et cela m’attriste. Comme beaucoup de libertaires, tu t’inscris maintenant dans la tradition et les valeurs rurales, toi qui n’as vécu qu’à St Germain, et aux Etats Unis, tu es devenu un ringard penseur du passé. Même internet te révulse, alors que tu devrais savoir qu’un outil n’est pas le maître du mouvement mais un moyen. Le vieillissement est source d’oubli, on garde longtemps le souvenir d’un moment d’adulte, et là le chemin s’arrête, et nous rend incapable de s’adapter au temps présent.

    Ton visage est triste, ton regard fuit pour asséner des vérités que tu sais réactionnaires, ton regard te fuit, tes mains tremblent, tu t’enfonces, tu persistes et tu dérives vers les valeurs de l’extrême droite, comme on te le dit, mais là tu te fâches. C’en est trop, on ose maltraiter le maître, si l’élève se rebiffe on le matera, comme on a maté tous ces gauchistes. Tu étais un élève et tu es devenu le maître, incontestable garant du savoir, et ces jeunes qui s’amusent, ne savent pas. Sauras tu « qu’on n’est pas sérieux quand on a 17 ans ».

    Le respect de l’Universitaire, du bourgeois, on te le doit, mais tu ne vis plus dans ton temps, pourtant souviens toi, 68, mais tu restes sous la figure tutélaire de ton maître de Gaulle.

    Ah, oui, 68 c’est du passé, mais tu ne l’as pas senti passer.

    La modernité, c’est savoir être patriote, sans rejeter l’étranger, savoir être savant et écouter, entendre la contradiction, savoir s’adapter sans oublier ses valeurs.

    C’est aussi respecter les valeurs d’indépendance nationale du gaullisme tout en réfutant son conservatisme intellectuel et social qu’on oublie aujourd’hui, c’est saluer l’incontestable progrès industriel tout en respectant les forces du travail qui y ont contribué, ce qu’ont oublié les réactionnaires.

    La modernité c’est le respect de l’autre et non sa négation. Avec Finkielkraut « l’enfer c’est les autres » surtout s’ils sont musulmans.

     

     

    http://pluzz.francetv.fr/videos/on_nest_pas_couche.html


  • 28 mn sur ARTE

    Enfin, un peu d’air frais, du temps pour mieux comprendre et de la parité.

    CINEQUIN

    Après les infos quotidiennes, on ne perd pas son temps à écouter et regarder Elisabeth QUIN et son équipe, jeune, modeste et pertinente, toujours très bien documentée et informée. C’est à 20H05 sur ARTE, une émission quotidienne, traitant de un ou deux sujets d’actualité du jour ou du moment.

    Une émission qui donne l’impression d’être plus intelligent lorsqu’on l’a quittée.

    Les journalistes du Monde au Figaro en passant par le Parisien, savent échanger avec justesse hors des contingences de la starification.

    Des débats bien menés, avec des invités qui font référence en fonction des sujets, tout en respectant une certaine diversité des points de vue. Parfois, en fonction de la densité du contenu, les paroles se chevauchent. Enfin on aimerait que la caméra fixe un peu plus longtemps les dessins des caricaturistes (le vendredi). Mais ceci reste secondaire tant son contenu invite à la curiosité.

    ARTE, une télé pour les intellos, c’est une idée fausse car l’entrain et le rythme de 28 mn sont assez rock’n roll, et les réparties échangées suffisamment superficielles pour être drôles.

    On regrettera qu’elle ne se tienne que du lundi au vendredi, mais il faut aussi savoir se faire désirer.

    D’aucuns préfèreront regarder le Petit Journal sur Canal+. Son contenu est souvent amusant et pertinent, mais son rythme trop souvent cassé par la publicité ou des news people rabâchées. Une quotidienne sur 5 jours aussi, mais qui confond quelques fois le 5éme jour avec le 7éme jour, consacré traditionnellement au repos dominical.

    Pourquoi choisir entre les deux quand on peut musarder. En tout cas plus aucun plaisir pour les informations des autres chaînes.

    Après 28mn, une courte émission de 3 mn appelée DESINTOX, qui détoxifie les organes naturellement enclins à la paresse.

    adresse web : http://www.arte.tv/guide/fr/emissions/VMI/28-minutes


  • APEC anxiogène

    C’est une publicité qui tourne en boucle à la télévision depuis 6 mois, elle nous interroge.

    APEC

     » hier, un cadre pouvait imaginer ce qu’il ferait dans dix ou vingt ans, et vous aujourd’hui ? »

    Ben moi, j’ai quarante ans et un sale môme qui attend d’être dans le parc Monceau, pour me dire qu’il veut être aventurier ou vétérinaire.

    Je suis marié, 2 enfants, une maison en Seine et Marne dont je dois payer les traites. Et je m’interroge encore sur ce que je fais dans ce parc pour enfant de bonne famille

    Moi, je me suis fais à la force du poignet et suis passé cadre il y a peu, mes journées sont lourdes, je ne suis pourtant pas un loser.

    Dans 10 ou 20 ans, j’espère pouvoir encore évoluer dans mon emploi et l’APEC me dit: et vous ?.

    Moi, aussi je voudrais être vétérinaire ou aventurier, mais je ne peux pas. Alors le discours de l’APEC ça m’angoisse, ils me susurrent que je n’ai pas d’ambition.

    Difficile d’avoir cette ambition quand on a les remboursements d’emprunts, les fins de mois un peu difficiles, les devoirs à la maison, les budgets à surveiller.

    Moi aussi j’ai été capable de rêver, mais aujourd’hui je rame un peu, enfin moins que certains car je suis cadre.

    Aventurier ou vétérinaire, un rêve ça fait vivre !

    Mais qu’est ce que je fais au Parc Monceau, c’est pas chez moi ça.

    Vite à la maison, devant la télévision.

    revoir la pub sur :


  • Affligeant DELAHOUSSE

    A ma connaissance, les journalistes décident d’inviter qui bon leur semble du moment que cela correspond à leur éthique professionnelle. Cela est attesté par une carte professionnelle. Mais d’autres ne font que présenter des émissions télévisées.

    DELAHOUSSE

    On les appelle animateur, donc sans carte. On pourrait faire références aux animatrices de D8 dont certaines n’ont plus cette carte. Laurence Ferrari en a fait les frais

    Que faut il penser de M DELAHOUSSE, qui invite à son journal du dimanche soir le 14 octobre sur la 2 , Mme ATTIA ex SARKOZY ?

    Elle n’a rien à dire sinon de confondre la France avec le fromage et non le chômage.(sic)
    Joli lapsus qui en dit long sur la distanciation américaine. Sa nouvelle prononciation vient nous confirmer sa nouvelle de vision très éloignée de la France. Mais rassurons la, elle ne vendra pas son livre aux Etat Unis, sauf à la petite communauté française de Central Park à New York

    Les questions de l’animateur sont sans intérêt, mais elle sera assurée de réaliser des ventes supplémentaires de l’ordre de 10 000 ou 20 000 exemplaires compte tenu de l’audimat, une tirage qui sera à n’en pas douter, dans la catégorie exceptionnelle.

    Nous savons tous qu’il n’est pas anormal que les animateurs, eux, contribuent à la diffusion d’un livre, produit strictement commercial.

    Après un véritable reportage poignant et révoltant sur le chômage en bretagne, cela semble irréaliste de voir papoter ces gens installés évoquer le restaurant du Fouquet’s.

    On peut les revoir sur : http://www.francetvinfo.fr/invitee-cecilia-attias-une-envie-de-verite_434224.html


  • Il faut dissoudre le peuple

    Sur la 5 eme chaîne, Ségolène Royal déclarait, dimanche dernier, que si les sondages confirment la montée du Front National, « c’est parce que les français ont peur de l’avenir ».

    sego10-321a4

    Curieuse remarque de la part d’une dirigeante politique dont la fonction est justement de fournir de l’espoir au peuple.

    La droite ne sent pas la dite « montée ». Pourtant dans les couloirs de l’Assemblée Nationale les inquiétudes fondent les différentes candidatures pour la prochaine présidentielle. Xavier Bertrand fut samedi un de ces candidats submergé par la presse qui se tenait à d’autres sujets.

    Certains pourraient penser qu’on devrait changer les dirigeants politiques, mais ceux ci pensent sincèrement qu’on devrait changer le peuple.

    http://www.huffingtonpost.fr/2013/10/24/segolene-royal-parisien-magazine-liberte-guidant-peuple_n_4153936.html